> Théâtre 13 / Seine Lectures

LES MARDIS-MIDI

Les 400 coups

Quetin-laugier


15 mai 2018 à 12h30
Les 400 coups de pédale
Texte de Quentin Laugier
Sélection du comité de lecture tout public des Écrivains Associés du Théâtre (E.A.T)
Maquette de Valentin de Carbonnière
Finaliste 2016 du Prix Théâtre 13 / Jeunes metteurs en scène

Au milieu du bruit du monde, trois destins se font écho. Celui d’Ariel Coccinelle, drag-queen en changement de sexe et éclipse inversée, désespérément bouffie d’amour. Celui de David, étudiant rongé par une ultra-violence poétique, qui se fait un devoir absolu d’aider son prochain à n’importe quel prix. Et celui de Dario, nouveau messie du cinéma d’auteur, coincé dans la tourmente de son prochain tournage entre une équipe qui se décompose et un sujet polémique.
Les différents stades de ces trois vies radicalement opposées rythment les évènements de la pièce et posent le questionnement secret : « Quel chemin de croix pour atteindre le royaume des cieux ? »
À travers des tableaux fragmentés qui se lient peu à peu, une dizaine de personnages cherchent leur chemin à tâtons dans les remous bouillonnants de notre société, et en dessinent une épopée moderne.

Quentin Laugier auteur
Né en 1989, Quentin Laugier se forme au jeu théâtral avant de découvrir la mise en scène et l’écriture.
 Après une classe préparatoire aux grandes écoles, il intègre une école de commedia dell’arte et d’arts du cirque où il découvre la dramaturgie des auteurs classiques ainsi que les approches corporelles du plateau. Il participe également à de nombreux stages de théâtre à travers l’Europe. Il achève son cursus au Studio-théâtre d’Asnières.
Il travaille ensuite en collaboration avec Denis Podalydès, Guy Pion, Luc Bondy, Carlo Boso, Blandine Savetier et ierry Paret.
Il écrit sa première pièce Les 400 coups de pédale, premier volet d’une trilogie s’inspirant des figures populaires des médias et de la politique.

Valentin de Carbonnière metteur en scène
Entré au Conservatoire National d’Art dramatique, il y est enseigné par Philippe Torreton et Michel Fau, notamment.
 En 2010/11, il travaille avec Mathieu Bertholet au Théâtre de Gennevilliers sur L’Avenir, seulement. Au cinéma, il tourne dans Pas sage, écrit et réalisé par Lorraine Groleau (Prix Clap d’or des étudiants au Festival du Cinéma de Paris, 2004). En 2012, il joue dans Pionniers à Ingolstadt dans une mise en scène d’Yves Beaunesne, et l’année suivante, dans Nina avec François Berléand et Mathilde Seigner dans une mise en scène de Bernard Murat au Théâtre Édouard VII. En 2014, il fait l’ouverture de saison au Rond-Point avec Hétéro de Denis Lachaud, mis en scène par Thomas Condemine. 
Il part au Japon écrire La Boucherie rythmique qui sera finaliste 2016 du Prix Théâtre 13 / Jeunes metteurs en scène. Toujours avec Bernard Murat et Francois Berléand, il joue Du vent dans les branches de sassafras de René de Obaldia et incarne Dorian Gray depuis deux ans dans Le Portrait de Dorian Gray, mis en scène par Thomas Ledouarec à la Comédie des Champs-Élysées.