> Théâtre 13 / Seine Théâtre

LA DISCRÈTE AMOUREUSE

de Felix Lope de Vega - création en France
mise en scène Justine Heynemann

Note de traduction

Note de traduction et d'adaptation
          
Lope De Vega écrit : «Le langage imitera la gravité royale, la décence du vieillard, les mouvements passionnés des amants (...) de manière que l’acteur (...) transporte avec lui l’auditoire», exposant sa volonté de proposer un théâtre de personnages, où le langage est la matière vivante. Il se fait par là, à l’instar des élisabéthains ou de Corneille, l’héritier de Fernando de Rojas et sa Célestine, roman-dialogué écrit en 1499 dont la forme absolument nouvelle eût un retentissement dans l’Europe entière. Elle est considérée aujourd’hui comme l’œuvre fondatrice du théâtre des Temps Modernes.

Lope de Vega se fit le passeur des multiples facettes de l’espagnol de l’époque, en rendant les particularités propres au langage de chaque classe sociale. Son écriture illustre la modernité qui vient du métissage, en mêlant un langage populaire et très imagé à un langage bourgeois, plus élégant, tout en évitant vulgarité et maniérisme. Elle tisse entre ces types de langage des tons et des styles multiples, ose le voisinage entre comique et tragique, poésie et franc-parler.

Cette variété créée une langue très vivante et concrète que nous avons voulu respecter dans la traduction. C’est l’énergie qui s’en dégage et l’irrigue qui a conduit notre travail d’adaptation. Afin de la garder intacte, nous avons choisi de condenser l’intrigue en réduisant le nombre de scènes et de personnages (quatorze à l’origine, sept dans notre adaptation).

La discrète amoureuse est une comédie mêlant rimes embrassées et rimes croisées. Après avoir essayé de restituer cette versification en français, pour tenter de préserver rimes et rythme, nous avons laissé de côté ce parti pris car il mettait en péril le respect du sens, de la précision et de l’audace de la version originale. Les traces de ce travail subsistent malgré tout dans un phrasé chantant, musical qui nous semble dans l’esprit de la pièce en espagnol. Afin d’offrir au public un peu de la beauté et de la musicalité de la langue d’origine, nous avons choisi d’intégrer quelques poèmes de Lope de Vega qui seront chantés en espagnol.

Benjamin Penamaria & Justine Heynemann